Voyager au long cours dans les "seventies"
Comment c’était dans ces années... Le voyage que nous racontons ici se déroule de septembre 1975 à juillet 1976. Valérie Giscard d’Estaing est alors président de la République, le Sud Est asiatique s’embrase progressivement et "l'occident" craint l'extension du communisme. L'opposition Est / Ouest marque le Monde et les routes possibles font peau de chagrin. La France impose des restrictions de sortie de devises, et toutes les frontières sont complexes à franchir. Nous sommes loin de la "Mondialisation triomphante", et de la libre circulation des biens et des personnes. A l’époque héroïque où nous entreprîmes le périple raconté ici, l’Internet n’existait pas (sauf pour l’armée américaine ;-), l’ordinateur individuel non plus… C’est donc sur un joli carnet de route à spirale que nous notions au jour le jour nos impressions de voyage, les anecdotes, les noms des amis de passage. Le téléphone mobile, bien entendu, n'existait pas non plus, même dans l'esprit des plus imaginatifs, et le téléphone ordinaire s'avérait pratiquement inutilisable dans la plupart des pays... Question de coût, d'attente interminable, de coupures intempestives. Seul existait le courrier postal, lent et aléatoire. Le carnet de route était alors notre seul lien "asynchrone" avec nos familles. Le glorieux appareil photo numérique non plus n’était pas près de voir le jour, et c’est donc sur des dizaines de pellicules que nous gravions nos souvenirs. Adeptes du noir et blanc, mais conscients de l’intérêt de la couleur pour une telle aventure, nous avions opté pour deux boîtiers réflex identiques et une série d’objectifs interchangeables que nous déplacions de l’un à l’autre en fonction du feeling du moment. Mais bien entendu, les films n’aimaient guère mijoter au fond des sacs à dos, subir des variations de température importantes, passer par les détecteurs magnétiques des frontières… Il fallait donc les expédier régulièrement par la poste ou les confier à des amis de rencontre, et certains ont cependant bien souffert. Eh bien, de déménagement en déménagement, de décennie en décennie et de Giscard d’Estaing en Sarkozy, nous avons précieusement gardé, tenu à l’écart de l’eau, du feu, et des menottes de nos deux filles les précieux carnets et les émouvantes photos. Plus de trente ans plus tard, heureux bénéficiaires d’une retraite justifiée par quarante ans de bons et loyaux services, nous trouvons enfin le temps (et le courage) de ré-ouvrir ces reliques (non sans quelques soupirs), et de les partager en mettant à profit les moyens de publication auxquels nous n’aurions pas osé rêver… L’encre des stylos a pâli, les diapos ont perdu de leurs couleurs, mais l’émotion est intacte : quelle belle aventure ! Nous laissons imaginer aux visiteurs le travail qu’aura demandé le déchiffrage et la frappe des notes prises parfois à la va-vite, le passage au scanner des centaines de photos couleur et noir et blanc… Mais quelle joie, au delà de la nostalgie ! Et quel espoir de partager ces souvenirs avec de jeunes "routards" !
Notre idée du voyage Comment c'était Notes sur 1975-1976 Accueil Tout notre voyage